Les maîtres des vitrines

Véritables fers de lance de la mode, phares éternels de la consommation, statues déifiées de bois, de plastique ou de carton et boussoles de nos envies secrètes, les mannequins dans leurs cages dorées nous guettent. Poupées de cire qui n’émettent aucun son, ils sont des prédateurs à l’affût du consommateur. En guise de crocs et de griffes ils partent au combat parés des dernières nouveautés et de jour comme de nuit, surtout de nuit, dans leur prisons illuminées, ils chassent. Protégés de leurs lucarnes, ils nous regardent passer, nous attirent comme des simples insectes, nous ne sommes pour eux que de la 'carne'. Dans nos centres urbains, système nerveux de ce monde, qui la nuit rayonnent de mille feux, les animaux dangereux sont nombreux.

Si vous déambulez dans les rues sombres, à l'heure où toutes les ombres se confondent, prenez y garde.

     Capitalisme poussé à son paroxysme, ces êtres artificiels consomment pour nous pousser à consommer ! Ces mannequins figés sans personnalité nous renseignent sur le charme et la beauté, pourtant subjective.

Et nous, pauvres proies acculées nous courbons l'échine devant les maîtres des vitrines.

1/10